Projet

La vie sans tabac !

TROPHÉES DE LA PARTICIPATION ET DE LA CONCERTATION

Image associée

Ce projet vise à promouvoir l’arrêt du tabac par l’hypnothérapie, proposé par les étudiants. C’est une méthode méconnue auprès des habitants locaux, citoyens de la ville de Clermont-Ferrand et ses alentours. Cette démarche a pour but de contribuer ensemble au sevrage tabagique. Pour ce projet nous visons les étudiants de 18 à 25 ans car Clermont-Ferrand compte actuellement environ 40 000 étudiants soit près de 28,5 % de la population clermontoise ce qui représente une part importante de la population locale.

Cette démarche citoyenne vise l’ensemble des étudiants par une co-construction entre professionnels et étudiants, dans un projet de prévention de la santé en rendant actrice la population locale en matière de santé publique. Ce projet permet de participer à la politique locale et nationale en réfléchissant à l’amélioration de la lutte contre le tabac.

Ce projet est né d’une collaboration entre les étudiants et le cabinet. Les étudiants étaient curieux de connaitre une méthode complémentaire pour la lutte contre le tabac et l’amélioration de la santé, ainsi ils ont voulu partager les méthodes complémentaires à l’arrêt de tabac aux autre étudiants en s’appuyant sur les témoignages des professionnels de la santé et s’engager dans ce projet. Ce projet a été validé par les étudiants, les professionnels de la santé et leurs patients dans le cadre d’un débat où ils ont pu échanger autour du thème de la consommation du tabac chez les étudiants.

Il y a environ 16 millions de fumeurs en France soit un tiers des personnes de 15 à 85 ans (32 %) qui fume ne serait-ce que de temps en temps (36 % des hommes et 28 % des femmes). Chaque année, le tabagisme actif est considéré comme responsable de plus de 73 000 décès prématurés en France. Le tabagisme est un fléau responsable d’une part importante de la mortalité dans le monde.

L’approche pharmacologique de la dépendance a contribué de façon non négligeable à faciliter le sevrage. La question de l’approche non pharmacologique est également fondamentale. Elle met en jeu la notion de
« motivation », que le clinicien tente de provoquer, d’amplifier ou de maintenir. L’hypothèse d’une aide que pourrait apporter l’hypnothérapie dans le domaine n’est pas illégitime puisqu’elle a des vertus d’anxiolyse,
s’intéresse au vécu corporel des symptômes et situe le patient dans un contexte de vie global.

Nous souhaitions présenter dans ce projet cette méthode au travers de l’aspect psychologique et relationnel de l’addiction. Nous faisons l’hypothèse qu’elle pourrait convenir à une grosse partie de la population locale et aider ainsi les personnes dans le sevrage tabagique. Concernant l’hypnose en général, les indications dans la douleur et dans l’anesthésie sont de plus en plus démontrées et précises. La médecine psychosomatique y trouve un intérêt grandissant. Dans le domaine de la psychiatrie, notamment pour les problématiques anxieuses ou dépressives, les ouvrages et publications se multiplient.

Les personnes ayant participé à cette démarche de concertation et de participation sont de 2 ordres :

– Les professionnels du secteur de la santé (tabacologue, hypno-énergéticien, médecins). Ainsi 4 professionnels de la santé ont pu être rassemblés lors de réunions thématiques sur le projet dans un premier temps, entre professionnels seulement, et ensuite dans un second temps ils ont pu être réunis avec les étudiants autour du thème du sevrage tabagique.

– Les étudiants de Clermont-Ferrand et ses alentours venant d’horizons différents (études en sciences humaines, médecine, droit-économie-gestion, social, santé etc). Ainsi une cinquantaine d’étudiants a pu participer à cette démarche volontaire de la manière dont ils souhaitaient : participation à des réunions, des débats, des rencontres, micro-trottoir etc. La démarche est libre d’être réalisée comme les étudiants le souhaitent en terme de temps à y consacrer, d’investissement, de temps libre, de volonté, de se sentir concerné par cette démarche. Ce projet a été une collaboration entre les professionnels et les étudiants. Les participants ont été intégrés à la démarche suite aux différents appels à participation effectués sur les réseaux sociaux et devant les facultés.

Le cabinet d’hypno-énergétique côtoie des étudiants au quotidien lors de rendez-vous professionnels ou dans une pratique personnelle. Ces étudiants ont mentionné leurs désirs et leurs difficultés à arrêter de fumer c’est alors que le cabinet explique ses solutions pour arrêter de fumer par de l’hypnothérapie. Cette méthode parle assez bien aux étudiants car ils sont ouverts à de nouvelles pratiques pour de l’arrêt au tabac. Ils ont donc été repérés à la fois dans un cadre professionnel que personnel par des rencontres dans les campus universitaires de Clermont-Ferrand et ses alentours. Ces personnes ont été intégrées à cette démarche dès le départ parce qu’elles se sentent concernées par le sevrage tabagique. Il s’agit d’une démarche volontaire des étudiants et des professionnels.

Il se peut que des groupes de personnes se sentent exclus par cette démarche car certains étudiants peuvent ne pas se sentir concernés par cette démarche du fait qu’ils ne fument pas ou alors par manque de temps, manque d’envie ou tout simplement parce que c’est un projet qui ne les intéresse pas. Nous leur avons proposé une mise à disposition si ces personnes le souhaitaient. Pour cela, nous leur avons transmis nos coordonnées s’ils voulaient d’autres renseignements sur cette démarche de concertation et de participation. Cette démarche est une liberté de chacun à participer ou non. Afin d’argumenter notre projet, une négociation et une médiation ont pu être mises en place afin d’expliquer les répercussions du projet sur les personnes de manière individuelle et au niveau collectif sur le vivre-ensemble, la démocratie citoyenne et sur les enjeux de la participation citoyenne.